Les « radium girls » : l’histoire des femmes qui brillaient dans le noir

Quand on évoque Marie Curie, on pense à la radioactivité. Parmi les découvertes notables en la matière, Marie et Pierre Curie vont découvrir un nouvel élément chimique fin du 19èmesiècle. Son nom : le radium. Le nom « radium » vient du latin « radius » qui signifie rayon. Le radium est en effet radioluminescent, c’est-à-dire qu’il produit de la luminescence par désintégration radioactive.

Cette particularité va ainsi positionner le radium comme un élément « précieux », d’intérêt, avec la particularité de pouvoir être utilisé pour manufacturer des peintures pour cadrans luminescents pour l’horlogerie, l’aviation, etc. Un business juteux se met en place. La société United States Radium Corporation (US Radium) dans le New Jersey aux États-Unis était réputée pour son excellence dans le domaine. Pendant la Première guerre mondiale, elle va ainsi manufacturer beaucoup de ses montres pour les soldats de l’US Army.

Source: http://www.umdnj.edu/librweb/speccoll/USRadiumCorp.html

Cette société va recruter environ 70 femmes pour appliquer la peinture sur les cadrans. C’est un métier convoité et les femmes parfois par jeu s’amusaient à appliquer la peinture sur leur visage, comme du maquillage, ou sur leurs ongles. Les poussières de radium se déposant sur leurs vêtements, ces femmes « brillaient » dans le noir.

Pour effiler leur pinceau et rendre plus précis leurs gestes, les ouvrières avaient reçu la consigne de sucer leur pinceau à la bouche. Mais ce que ces femmes ignoraient, c’est que le radium était radioactif et fortement cancérigène.

Vers les années 1920, de nombreux cas de nécrose de la mâchoire sont reportés, de même que des fractures osseuses et divers décès. Mais les propriétaires de l’US Radium refusent de faire le lien entre le radium et ces symptômes physiques.  D’autres cas similaires sont reportés dans d’autres sociétés travaillant également sur la peinture au radium. Quatre femmes surnommées les Radium Girls vont finalement s’opposer à leur employeur et gagner la bataille. L’entreprise US Radium fermera définitivement ses portes fin des années 20.

Même si cette affaire des Radium Girls est peu connue du grand public, ses suites auront pour effet d’améliorer considérablement la sécurité des travailleurs manipulant des produits chimiques.

Le radium sera quant à lui interdit à la manipulation libre dans les années 1930. L’inventeur de la peinture au radium, le Dr. von Sochocky décédera en 1928 des suites d’une longue maladie attribuée à sa propre invention.

A ce jour, toutes ces ouvrières sont décédées. Mais si on se baladent avec un compteur Geiger aux abords de leur tombe, on détecte encore des signes de radioactivité. En attendant, les collectionneurs s’arrachent encore parfois des montres peintes par les Radium Girls.

Une histoire à découvrir: The Radium Girls: The Dark Story of America’s Shining Women, Kate Moore, Publisher: Sourcebooks (May 2 2017)